Quand l’Europe finance la mafia

Dans une récente interview, Jose Manuel Barroso a demandé aux politocards français d’expliquer rationnellement pourquoi il faut plus d’Europe et à ne pas alimenter le populisme contre l’Europe.

Reste que les eurocrates se débrouillent très bien tous seuls pour jeter de l’huile sur le feu. En effet, c’est au moment où la question budgétaire se fait de plus en plus pesante, où la risque d’explosion de l’euro se fait de plus en plus concret, qu’arrive sur le devant de la scène le dossier des fonds structurels européens.

Ces fonds, destinés à arroser généreusement de subventions les régions les plus déshéritées de l’union dans l’espoir qu’il y pousse soudainement de la richesse sont un superbe précipité de gestion européenne.

D’un côté il y a l’oseille que l’on arrive pas à faire rentrer, la faute à la crise. Les États surendettés ont d’autres chats à fouetter que de financer les frasques de la bureaucratie bruxelloise et au vu des résultats affichés, on peut les comprendre.

On apprend ainsi que sur les 35 milliards environ qui ont été lâchés depuis 4 ans, 8,4 sont le résultat d’erreurs. 8 et demi sur 35, ça veut dire qu’un euro sur 4 traité par ces gens là est concerné. Même l’incompétence la plus crasse ou la plus totale distraction ont du mal à justifier pareil taux !

75% des sommes versées à tort ont finalement été récupérées. On respire déjà un peu mieux. Ça ne laisse que 2 milliards d’euros définitivement perdus dans la nature. Oui, oui, 2.000.000.000 €. Mais comme c’est le pognon des autres, ils le vivent plutôt bien dans les salons cossus de la commission.

Et le carnage ne s’arrête pas là. Les fonds de soutien aux PME sont phagocytés par des multinationales. Certaines d’entre elles n’hésitent d’ailleurs pas à employer ces deniers pour…délocaliser leur activité. Et le fin du fin : on craint fort que plusieurs dizaines de millions n’aient atterri, à la faveur de malencontreuses erreurs, dans la poche du crime organisé, mafia italienne inclue.

Quand on voit avec quelle rigueur est géré ce programme qui représente plus du tiers du budget global de l’union, on se dit que l’augmentation de salaire de 3,7% royalement accordée par la commission à ses séides est amplement méritée. Et oui ma petite dame, ce n’est pas la crise pour tout le monde…

Que Barroso pense avoir besoin de plus d’Europe, je n’en doute pas un instant. En ce qui nous concerne, en revanche, on a le compte, merci.

Gloire enfin soit rendue à David Cameron pour avoir su calmer les ardeurs des européistes qui se voyaient bien gonfler le budget de l’union de plus de 6% cette années (ce n’est vraiment pas la crise pour tout le monde) et poser les jalons du premier superimpôt supranational.

Publicités
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Quand l’Europe finance la mafia

  1. Chris dit :

    Ordoncques , j’ ai toujours des frissons de haine à chaque fois que je prends le métro collinaire à Naples …hyper moderne , qui a requis 30 ans pour une partie de sa construction , meublé d’horreurs d’art contemporain absolument abjectes , mais avec des voitures qui ferraillent dans un bruit d’enfer ….ENTIEREMENT FINANCE PAR LA COMMUNAUTé EUROPéèNNE……alors que tout le monde sait ( du moins, ici ) que tout le secteur des travaux publiques est entièrement controlé par la mafia …
    La UE est , à mon avis , une des plus grandes catastrophes (in)naturelles du siècle dernier …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s