HADOPI – Le commu(tout)niqué du SNEP

Je suis tombé en parcourant le blog de Korben sur le communiqué de presse du SNEP (Syndicat National de l’Edition Phonographique), relatif aux débuts du spamming par la Hadopi et à la mauvaise volonté affichée par Free.

Comme toujours, les raclures se pensent détenteurs de la vérité universelle et se croient autorisées à donner des leçons de morale au commun des mortels. On dirait presque du Bertrand Cantat.

Allons y petit à petit parce que c’est du costaud :

Le SNEP se réjouit de l’envoi par l’HADOPI des premiers messages d’avertissement en application de la loi Création & Internet qui désormais devient effective. Il salue le travail accompli par cette autorité indépendante qui, malgré les critiques injustifiées, a démontré sa capacité à agir.

Le papa de la petite Hadopi est tout fier du travail de son rejeton. Pour le reste de la France, cette « autorité indépendante » n’est et ne sera jamais rien d’autre que la machine à spams la plus chère au monde, qui permet, ce qui ne gâche rien, de payer plus que grassement une dizaine d’amis du pouvoir pour glandouiller pénard dans un 1.100 m² en plein Paris.

Les vieux croulants inutiles ont fait la preuve de leur capacité à envoyer un mail. Magnifique. On aurait quand même pu leur trouver un atelier d’initiation à Internet qui coûte un peu moins que 12 millions d’euros.

La mise en œuvre de la loi Création et Internet permettra ainsi de responsabiliser les internautes sur les dangers de la piraterie et de les sensibiliser sur l’existence d’une alternative légale de qualité.

Reformulons : la mise en oeuvre de cette Loi inique permettra de racketter le contribuable qui globalement, et je plaide coupable, ne pompe rien aux questions de sécurité informatique, n’a aucun moyen de s’exonérer de sa responsabilité et est présumé coupable sur la foi d’éléments qui sont tout sauf des preuves.

Quant à l’alternative légale de qualité, la France entière s’accorde à se rouler par terre rien qu’à y penser.

Cependant, le SNEP déplore l’attitude inadmissible de Free qui, selon ses déclarations, n’entend pas répercuter auprès de ses abonnés les messages d’avertissement de l’HADOPI.

Est-il nécessaire de rappeler que Free s’appuie sur les manquements du gouvernement aux textes qu’il a lui même adopté.

La bande de Xavier Niel se paie même le luxe de balancer un bon petit Scud des familles: Il ne tenait qu’à l’Etat de faire le nécessaire pour respecter la loi. Nous on protège nos abonnés ».

Cette attitude témoigne d’une volonté de la part de Free de ne pas respecter la loi, en mettant en avant des arguties juridiques, qui ne sauraient masquer sa volonté de « racoler » des internautes qui se livrent à des actes de piraterie.

S’il existait un championnat du monde de Novlangue, on tiendrait à coup sûr notre champion !

Free refuse de respecter la Loi en mettant en avant des arguties juridiques. Des arguties dont la nature est proche de celles du conseil constitutionnel sans doute. On va pas non plus chipoter avec des concepts complètement dépassés tels que  les droits fondamentaux. Ca n’intéresse plus personne depuis longtemps.

Enfin, ça intéresse encore un peu Free, qui se voit pour la peine accusé de racolage. Sublime renversement de sens ! S’intéresser à sa clientèle, messieurs les guignols du SNEP, ce n’est pas du racolage, c’est du commerce.

En revanche, quand on passe son temps à faire le tapin, au moyen de méthodes poliment qualifiées de lobbying, dans les couloirs de l’Assemblé Nationale pour se faire tailler des lois sur mesure, quand on mandate la mère Albanel pour faire passer en force un texte en dépit de légitimes craintes pour les libertés fondamentale pour la recycler ensuite chez Orange, quand on s’empresse d’aller pleurer dans les jupes du gouvernement pour faire licencier de la manière la plus illégale qui soit le salarié de TF1 qui trouve cette loi stupide, on se rapproche bien davantage du plus vieux métier du monde.

Quoi qu’il en soit, si vous voulez être fixés sur la question, je vous suggère d’interroger Frédéric Mitterand qui semble avoir longuement creusé la question.

Une telle conduite est d’autant plus déplorable qu’elle crée des distorsions de concurrence au détriment des autres fournisseurs d’accès, qui eux respectent la loi. Or la loi ne vaut qui si elle est respectée par tous, y compris par Free.

Pfff, ils sont nazes aussi chez Free, si la Loi ne leur va pas, ils n’ont qu’à s’en faire voter une autre. Parce qu’il ne faut pas plaisanter avec les règles : Les droits de la défense, la présomption d’innocence, la constitution, tout ça on peut librement se torcher avec. Par contre, la loi c’est la loi. Il faut la respecter et puis c’est tout.

De son côté les branleurs du SNEP multiplient le cumul des mandats. Ils ont déjà piqué le boulot de la CNIL et celui des juges (les vrais hein, ceux avec des diplômes qui ont prêté serment tout ça tout ça), maintenant ils se prennent pour la direction de la concurrence et la répression des fraudes.

Note pour plus tard : la séparation des pouvoirs aussi, on peut se torcher avec ça dérange pas.

Le SNEP demande donc aux pouvoirs publics d’agir afin que Free respecte ses obligations, comme tout fournisseur d’accès, vis-à-vis de l’HADOPI.

Les gens ordinaires, face une violation supposée de la loi, ils font un procès. Le SNEP lui, il va pleurer dans les jupes à maman parce que la justice c’est chiant, c’est long et des fois on perd sans trop comprendre pourquoi.

Manque de bol pour les abrutis de service, il ne fait aucun doute que sur le long terme, ceux qui bichonnent leur clientèle et se remettent en question prospèrent alors que les gros porcs qui se font tailler une rente de situation sur mesure grâce à la loi finissent tôt ou tard par se vautrer.

EDIT : Question « racolage d’électeurs », le sieur Dupont-Aignan se distingue en incitant les français à s’abonner chez Free. Faut qu’il fasse attention à pas finir en garde à vue dans les locaux du SNEP…

EDIT 2 : Frédéric Mitterrand fait la démonstration de sa conception de l’intérêt général :

Le gouvernement se pencherait sur la question. “Un décret précisera incessamment les sanctions prévues dans ce cadre”, précise le ministère de la Culture. Un aveu caché qui laisse à penser, qu’actuellement, le gouvernement n’a aucun moyen légal de contraindre Free à relayer les e-mails de l’Hadopi…

Pour ne rien changer aux relations entre le gouvernement et les majors, le maître siffle, le chien accourt.

Publicités
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour HADOPI – Le commu(tout)niqué du SNEP

  1. Chris dit :

    Effrayant !….dans ses particularités …
    Moi qui étais déjà effrayée , rien qu’au pifomètre !

  2. Kris dit :

    Hadopi est un gouffre. Plus on creuse, plus on flippe ou plus on rigole, c’est fonction du point de vue.

    Au passage, merci beaucoup de m’avoir fait de la pub, c’est très aimable de ta part.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s