Versailles outragé, Versailles martyrisé…

Aujourd’hui j’ai parcouru quelques articles de presse et j’ai eu la nausée. Encore.

Le thème du jour est le dégueuli de l’imposteur l’exposition de l’artiste contemporain Murakami au beau milieu du château de Versailles. Après avoir déjà eu à subir les écrevisses de plage de Jeff Koons, le joyau de l’histoire de France est à nouveau souillé par les déjections d’un artiste autoproclamé.

Les talibans ont démoli les bouddhas de Bamiyan. Nos sauvages à nous sont en costard cravate mais la barbarie est la même. A leur tête, celui qui fut ministre de la culture et qui déshonore à présent avec délectation la fonction de président du château, assume entièrement cette comparaison qui me soulève le coeur.

Une "oeuvre" du génialissime Wim Delvoye

Car oui, d’après ce traitre, Juan Romano Chucalescu peut tout à fait être comparé à Le Nôtre, à Molière, à Lully ou à Le Brun. Oui, il faut considérer une écrevisse de plage, une sculpture inspirée de la culture manga et une machine à produire de la merde comme autant d’héritiers des oeuvres de ces génies, qui elles savent émouvoir aux larmes.

Il est tragique de constater que cette fois encore ce sont les descendants du Roi Soleil qui se lèvent pour défendre Versailles au moment où c’est la république, son pacte et ses valeurs qui cherchent à l’abattre, à grand renfort de pognon du Qatar.

Bien entendu, à tenir ce genre de discours il faut s’attendre à endosser le costume de l’apostat. Aillagon l’a bien dit lorsqu’il a réagi aux pétitions de protestation :

Les protestations « émanent de cercles d’extrême-droite intégristes et de cercles très conservateurs »

Ils voudraient faire de Versailles « un reliquaire de la nostalgie de la France de l’Ancien Régime, d’une France repliée sur elle-même et hostile à la modernité »

Me voilà donc avec une étiquette de quasi-nazi rétrograde et de surcroit, nostalgique d’une France d’ancien régime que je n’ai jamais connue (tout comme lui d’ailleurs). Une chance que je me tape éperdument de l’opinion de ce sale type. Mieux, je goûte tout particulièrement l’accusation d’opposition à la modernité de la part de celui qui a déposé le projet de loi DADVSI.

Comme pour Bamiyan, un culte en supplante un autre. Le culte de la « modernité », qui s’apparente fortement à un culte de la vulgarité et de la laideur, a ses prêtres et ses inquisiteurs gavés d’argent public. Toute hérésie se doit d’être dénoncée et les coupables châtiés. « L’art » moderne ne se discute pas. Il ne se conteste pas. Il faut y croire comme à un dogme sous peine d’ostracisme.

J’espère ne pas me tromper en affirmant que, peu à peu, mes contemporains se désensibilisent et que ces attaques font de moins en moins d’effet. Bientôt peut être, les gens se foutront de se faire traiter de facho, de raciste, de nazi, de réac et de tous ces mots dont le sens est totalement galvaudé.

Ce moment marquera la fin de l’imposture « art » moderne qui n’existe que par la contrainte et la perfusion de subventions. Ce moment marquera le retour du beau, en tout cas je l’espère.

Publicités
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Versailles outragé, Versailles martyrisé…

  1. labilbe dit :

    Bravo !!!!
    Tu as osé le tee lafraise, je te respecte.

  2. labilbe dit :

    Hop hop hop petit lien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s