Contre le réchauffement climatique : un ministre et des roulottes

On apprend ce matin à la lecture du premier canard venu que Brice Hortefeux va cogner dur sur les gens du voyage.

Par chance, j’étais assis en lisant ça.

Donc, si je comprends bien, la réponse ultra-violente du gouvernement au saccage à la hache d’une gendarmerie consiste à déloger des français nomades qui vont ensuite aller s’installer un peu plus loin dans des conditions tout aussi illégales qu’auparavant et à reconduire dans leur pays d’origine, moyennant le versement d’une aide au retour, des communautaires souvent roumains qui auront fait demi-tour avant d’arriver à Bucarest.

Il suffisait donc d’organiser un jeu de chaises musicales géant pour résoudre la question du comportement de certains parmi les communautés. Dans le pire des cas, si ça ne fonctionne pas comme prévu, on aura au moins un ministre et des caravanes qui brassent de l’air et donc, luttent contre le réchauffement de l’atmosphère.

Dans le même temps, des cris d’orfraie retentissent un peu partout pour protester contre la discrimination dont seraient l’objet les Tziganes. Il y a du viol de charte sociale européenne dans l’air, de loi sur les aires d’accueil et de quoi faire grimper aux rideaux les vierges effarouchées de la Halde.

C’est vrai merde ! C’est l’apartheid dans ce pays ! Pour ne parler que de ce que j’ai vu dans ma ville natale de Perpignan, qui concentre une importante communauté gitane sédentaire et nomade, j’ai tout de suite envie de pleurer.

Pensez-vous, une population au chômage à 92% en 1993, qui cumule l’aide sociale (RSA), les « remerciements » de la municipalité pour avoir appris à voter dans le bon sens et parfois la fameuse allocation pour adulte handicapé en raison d’une obésité endémique (et même recherchée, selon certains). Dur, dur !

Mais le fin du fin en matière de discrimination est sans le moindre doute l’aide à l’achat de caravane, réservée exclusivement aux gens du voyage.

On se demande bien d’où peut venir l’inimitié du contribuable moyen qui se fait tondre pour entretenir cette communauté honteusement discriminée. Et encore on n’a pas parlé des comportements délictueux de certains membres de la communauté, qui ont eu un retentissement national pendant les nuits 2005 où l’on se lynchait et se flinguait joyeusement en pleine rue, ni de l’impunité dont jouissent ces pauvres parias. Juste pour rire, amusez vous à essayer de déposer plainte ou d’assigner un gus qui vit en nomade.

Encore une preuve irréfutable de la pertinence des politiques sociales en matière de lutte contre la délinquance et la criminalité.

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Contre le réchauffement climatique : un ministre et des roulottes

  1. labilbe dit :

    « importante gitane » –> « importante communauté gitane »

  2. labilbe dit :

    Loin de moi cette idée 🙂

  3. Ping : Passage de témoin | En Direct du Bourbier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s