L’enfer du devoir

Pour un départ c’est un départ en fanfare !

Ce n’est rien moins que l’intégralité de la classe politique française  qui se trouve parachutée dans le bourbier façon 101ème airborne, sur ordre des compères Veil et Rocard et à la suite du tandem d’éclaireurs formé par Alain Joyandet et Christian Blanc.

Vous les politiciens, vous êtes vraiment crè crè méchants…

Dans une tribune publiée dans le monde, ces vieux briscards de la politique demandent que l’on arrête de tirer sur l’ambulance et appellent à un cessez-le-feu. L’heure est grave ! Deux personnalités que tout oppose mais qui partagent néanmoins le goût « de l’économie sociale de marché et de la construction européenne », c’est à dire deux personnalités qui n’ont pas les mêmes convictions mais qui s’accordent sur à peu près tout sortent du bois pour dénoncer de la dérive.

Et alors attention, on ne va pas faire dans la dentelle. En guise de la dénonciation, on a  droit à rien moins que du Florent Brunel.

On apprend qu’il faut avoir le courage de rejeter l’intolérance et de repousser la facilité à l’amalgame. Des phrases comme ça je dois dire que ça en jette, que c’est profondément novateur et accessoirement, que ça permet de noircir du papier avec un propos creux et vide de sens.

Mais continuons plus avant :

Nous souhaitons dire cela avec d’autant plus de force et de gravité que le monde dans lequel nous vivons donne ces temps-ci, de la scène sportive à la scène médiatique, suffisamment d’exemples d’intolérance et d’intempérance pour que les responsables politiques s’abstiennent d’apporter du grain à moudre à la broyeuse populiste.

Nous y voilà, sortez les kleenex. Ce pauvre chou de M. Woerth, ceux qui l’on précédé et ceux qui vont suivre dans l’interminable litanie de scandales du moment, sont des victimes jetées en pâture à la broyeuse populiste. Un type comme Christian Blanc, qui se fume 12.000 € de cigares par an est victime d’un manque de tempérance de ses petits camarades.

Entre parenthèses, je dois dire que je suis admiratif de la performance. Réussir ainsi à passer de la plus parfaite langue de bois façon concours miss France au point Godwin en une phrase, ça mérite le respect.

Ainsi donc on reproche aux politiciens de tous bords de donner la becquée à la bête immonde pour se faire mousser et promouvoir leur petite carrière aux dépends de l’intérêt général.

Grande découverte !! Les politiciens seraient globalement carriéristes ? Ils auraient généralement un ego démesuré ? Ça méritait vraiment de prendre un stylo pour nous faire partager un scoop pareil. Merci beaucoup de nous éclairer de vos lumières.

Et avec toutes vos magouilles, on peut dire que vous me…

Qu’on se le dise, il est parfaitement admissible, voire recommandé, de dénoncer des situations. En revanche, les attaques ad hominem consistant à harasser sans relâche sont elles proscrites. On peut donc dénoncer le cumul de fonctions propice au conflit d’intérêt et aux tripatouillages douteux mais il ne faut surtout pas s’en prendre au cumulard ou au magouilleur. Pauvres fous, vous feriez le jeu des extrêmes, vous cèderiez aux sirènes d’un « tous pourris » réducteur et populiste, en plus de rendre les fonctions électives nettement moins confortables.

Pour faire bonne mesure, notre paire de troubadours ajoute même au package l’affaiblissement et l’asservissement de la démocratie, l’atteinte à la dignité de la personne et le délit de coups et blessures sur la personne de la république.

Et sinon vous attendez quoi pour envoyer un mot d’excuse à Eric Woerth ?

Le père noël est une ordure

On vit une époque formidable.

Monsieur tout le monde se serre la ceinture et dans le même temps un Christian Blanc serre un peu plus la ceinture du voisin pour payer ses cigares, Joyandet voyage en jet privé, Christine Boutin s’enrichit grâce à la mondialisation et Rama Yade mène grand train.

L’opinion publique n’est plus dupe de la moralité de ses élites et prend conscience que les maladresses du contribuable moyen n’ont pas le même coût que celles des hommes et femmes d’honneur qui les gouvernent.

Pendant ce temps, au sommet de l’Etat, on nous prie de continuer à croire au père noël, à grand renfort de Ripoux-blique irréprochable.

Avec un président mouillé jusqu’aux oreilles dans le Karachi-gate et un parlement qui vote en douce des lois pour magouiller tranquille, nourrir quelques doutes quant à la droiture de ces individus est un minimum vital. Dès lors, la soupe que nous servent Rocard et Veil ne ressemble plus qu’à une vulgaire recherche du statut-quo peu reluisant sous couvert de grands principes.

On voit aussi que les gens « que tout oppose » savent très bien s’unir quand le jeu en vaut la chandelle.

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s